Cécile Levasseur et Bastien Seigneur
Visionnaires - Réformateurs - Optimisateurs
 
 

C quoi ta vie, elle a du goût ? du sens ? de la Vie ?!

 

Les degrés de la conscience de soi

Voir sa différence de conscience

Si vous voulez trouver et prendre votre place, l'un des moyens est de vous situer parmi les degrés de la conscience de soi ! 

Pas question ici d'utiliser cette connaissance pour tomber dans l'orgueil, vous comparer ou vous juger.

J'ai longtemps été prisonnière des a priori de la société concernant ce sujet jusqu'à temps que je comprenne que : ne pas voir ma différence de conscience m'empêchait d'être dans ma force, prendre ma place et être moi.

J'ai défini trois degrés de conscience de soi. D'autres en parlent différemment, je vous partage ci-après le résultat de mes propres recherches :

1) Conscience de soi "primaire"

"Primaire" dans le sens où elle découle de l'extérieur, de notre environnement : de nos cinq sens, de notre apparence physique, des retours des autres, de son statut social, de ce que l'on possède matériellement, ... Chacun d'entre nous s'appuie, plus ou moins, sur "l'extérieur" pour se sentir exister et prendre sa place. 

Le but ici est de repérer le ou les appuis extérieurs sur lesquels vous êtes le plus dépendant. Pourquoi ? : car il.s vous maintienne.ent "hors de vous", vous empêchant d'être libre intérieurement donc de vous écouter, de mieux savoir ce que vous voulez, d'avoir du recul face à une épreuve, plus de force pour vous affirmer, prendre votre place ... 

En ce qui me concerne, j'ai par moment tendance à mettre trop d'énergie dans l'ordre et le ménage. Je m'exerce à le repérer le plus rapidement possible car ce "trop extérieur" signifie que je suis insatisfaite intérieurement.

Tout excès "extérieur" traduit une insatisfaction ou manque intérieur.e.

Le défi est alors de s'écouter, détecter un désaccord, un mécontentement, ... Il peut y avoir toutes sortes de raisons. En ce qui me concerne, c'est souvent parce que quelque chose ne me convient pas dans ma façon de conduire ma créativité ; je suis par exemple trop perfectionniste. Après avoir vu pourquoi je tombe dans la recherche de perfection (par exemple, par peur des retours), je peux lâcher cette tendance, être plus fluide et spontanée ... alors naturellement les choses se rééquilibrent, j'en fais moins (pas en excès) extérieurement.

2) Conscience de soi "énergétique"

Vous avez certainement ressenti cet état de conscience de soi énergétique, indépendamment du corps physique (même si l'on est très présent en soi), des cinq sens, des pensées, des émotions, de son environnement, des autres, ... C'est une expérience de liberté intérieure où l'on ne ressent plus le manque.

La majorité de l'humanité, à différents degrés, a expérimenté cet état de conscience, que ce soit en méditation, dans une créativité, un défi sportif, seul.e sur une scène, au cours d'un jeûne ou d'une maladie, ... 

Dans ce cas, on se ressent à la fois très seul.e intérieurement et relié.e aux autres. Cette expérience de "séparation intérieure" sans être séparé.e est une preuve de conscience de soi.

3) Conscience de soi "connaissante"

Ce 3ème degré repose sur la conscience du rôle que l'on veut jouer dans la société. Il s'agit de connaître son but de vie, ce que vous voulez vraiment faire de votre vie.

Pour en savoir plus sur le but de vie, cliquez ici 

 

Comment savoir si vous êtes à ce 3ème degré de conscience de soi ?

 

L'encadré ci-dessous est une aide pour vous situer (un peu, beaucoup, pas du tout à ce degré de conscience de soi) sans vous juger, juste constater :

- Vous ne pouvez plus être en relation comme la majorité des gens du monde : dans l'hypocrisie, la politesse automatique, le "j'assure", "ça va (toujours) très bien".

Vous n'êtes pas gentil.le mais vrai.e. 

Etre dans votre vérité est votre priorité, quoi qu'il vous en coûte, quitte à tout perdre (relationnellement, professionnellement, matériellement).

- Vous voyez le masque que porte les gens et les illusions (prisons) dans lesquelles ils vivent. Vous ne vous laissez pas emporter dans leur jeu egotique, vous avez suffisamment de force pour garder votre recul. Vous êtes détaché tout en étant relié à la personne au-delà des apparences.

- Vous n'idéalisez plus l'autre, ni le dénigrez. Vous observez. Vous constatez.

- Vous ne pouvez plus faire partie de la conscience collective (en réalité de l'inconscience de masse). Vous existez par vous-même, en dehors des normes, d'un statut social, des conditionnements, croyances, ...

- Vous ne pouvez plus vous relier aux autres "comme ça", sans que la relation ait un sens, sans qu'elle soit créatrice. Exemple : vous ne pouvez plus assister aux réunions de famille (notamment les fêtes de fin d'année), car uniquement échanger des banalités, adopter un masque passe-partout, faire comme si tout allait bien, ne pas pouvoir échanger sur ce que l'on ressent vraiment da sa vie et du monde, ... ne  peut plus vous convenir.

- Plus vous connaissez et concrétisez votre but de vie, donc votre différence : plus vous vous sentez séparé, distinct intérieurement et (paradoxalement) plus vous vous sentez relié.e aux autres au-delà des apparences donc pas de la même façon que le monde "normal" .

 

Cette façon d'être en relation suscite de l'incompréhension et de la réactivité.

Pourquoi ?

Parce que cela met la/les personne.s face à leur vide intérieur,

à leur inexistence (donc à l'inconnu) et qu'elles ont très peur d'y faire face,

par ignorance du bien que cela pourrait leur apporter.

Cécile Levasseur
(article revu le 7 Avril 2022)

La conscience,
c'est Dieu présent dans l'homme.

Victor Hugo

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion